Confinement : stress et conséquences

Chers amis,

Nous voilà tous embarqués dans une drôle de galère…
Comment allez-vous ?
Parvenez-vous à mettre en place un nouvel équilibre ou non ?
Quelle est votre expérience ?

838_gettyimages-dv1199047

A lire, cet article intéressant, paru sur France Culture : « Covid-19 : « Un confinement de plus de dix jours peut causer des syndromes de stress-post-traumatique ».

Comme le précise l’article que je vous partage, il est nécessaire d’être vigilant et de se préparer à l’intensité émotionnelle que peut générer cette période particulière, cette épreuve qui concerne l’humanité au grand complet. Cela va monter en puissance dans les semaines qui viennent. Aussi, il est essentiel de prendre dès maintenant de nouvelles habitudes, de prendre soin de soi de façon concrète, avec les limites de la réalité à laquelle nous sommes confrontés, chacun.e dans nos univers différents.

Chacun.e va essayer au mieux de faire barrage à un envahissement galopant des émotions, à la peur, à l’isolement. C’est un terrain propice à la flambée des addictions, à la montée des angoisses et à l’amplification des symptômes dépressifs.
C’est aussi une opportunité pour créer autre chose, pour se rencontrer soi-même, pour revenir à l’essentiel.

Parlez avec vos proches, avec vos voisins, avec un thérapeute.Invitez la bienveillance pour vous-même et pour les autres, invitez la patience aussi.
Beaucoup d’amour enfin pour tous ceux qui sont touchés et bataillent avec courage pour faire front à l’urgence, les malades, les soignants, tous ceux aussi qui permettent notre quotidien.

Nous sommes tous interdépendants les uns des autres, utiles les uns pour les autres, chacun.e à notre manière.

Prenez soin de vous. Restons en lien !

La méditation : une révolution dans le cerveau

La méditation, tradition millénaire, a connu un essor considérable depuis une quinzaine d’années et c’est aujourd’hui devenu un sujet incontournable.
Au-delà des effets de mode et des inévitables récupérations commerciales qu’ils génèrent, méditer permet bien de stabiliser les émotions et de calmer le flux incessant, parfois envahissant, des pensées.
Rapidement, avec une pratique régulière, on constate moins de ruminations et moins d’intensité dans l’anticipation anxieuse d’une situation.
Notre humeur s’améliore, nous sommes plus calme, plus stable, et notre attitude face à la vie devient plus positive.
Méditation
Morceaux choisis du documentaire :
  • 60 000 pensées se forment chaque jour dans notre esprit, un. zapping permanent…
  • Le cerveau est une formidable machine à produire de la fiction. Il produit une fiction tellement réelle que quand vous imaginez une scène déplaisante, votre coeur s’accélère, vos muscles se tendent. Vous croyez que c’est la réalité.
  • Il arrive que le cerveau soit bloqué sur la mauvaise fréquence : les sentiments d’échec et de culpabilité reviennent en boucle et les pensées se transforment en ruminations.
  • 10 minutes de méditation chaque jour suffirait pour réduire le stress et ses effets néfastes sur la santé.
  • En agissant au coeur de nos cellules, cette gymnastique mentale aurait le pouvoir d’allonger l’espérance de vie : une cure de jouvence et un espoir pour prévenir certaines pathologies du cerveau.
  • La méditation agit sur la plasticité du cerveau.
  • Tout ce que vous apprenez, tout ce que vous vivez, va avoir un impact sur les structures de votre cerveau, la densité de matière grise ou l’épaisseur du cortex va se modifier, en fonction des expertises que vous allez acquérir.
  • La méditation agirait comme une gymnastique capable de muscler certaines aires cérébrales et ralentirait ainsi le vieillissement du cerveau. Plus étonnant encore, cette cure de jouvence agirait même au coeur de nos cellules.

Méditer, c’est cultiver la pleine présence à ce qui est et s’offrir la paix.
Avec les charges quotidiennes qui pèsent sur nos vies, les exigences d’une société en quête de toujours plus, de réactivité, de performance, les sollicitations nombreuses et permanentes, la diversité des émotions qui nous traversent et nous bousculent, calmer notre mental n’est pas un luxe, c’est une nécessité absolue et le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.
Alliée santé et amie de notre bien-être, c’est maintenant prouvé, mais la méditation, c’est aussi s’engager pour le bien-vivre du monde dans lequel on évolue.
Se changer pour changer le monde, ça peut commencer par s’accorder 5 minutes quotidiennes pour se poser, observer ses pensées et respirer en conscience.

Alors, on n’hésite plus, on cajole son cerveau :
on s’assoit et on s’offre une pause ! 🙂
Le lien vers le documentaire : Méditation : une révolution dans le cerveau
Le lien vers le débat : Enquête de santé – France 5

Se libérer de la pression du temps

Se foutre la paix, comme l’a écrit Fabrice Midal*, c’est aussi accepter que nous ne pourrons pas tout faire.

La course contre la montre

 

Se libérer de la pression du temps, arrêter de courir après l’expérience suivante, celle que je n’ai pas encore vécue, celle-ci justement qui manque à mon tableau de chasse et sans laquelle je me raconte que je ne suis pas encore tout à fait complet, pas suffisamment accompli…

 

 

 

 


Christophe André  (Source : Le 1) :  Se libérer de la pression du temps


Renoncer à vouloir faire à tout prix, au prix de ma paix souvent, à vouloir acquérir plus, à vouloir être ceci ou cela… renoncer et sourire en regardant combien je plie sous le poids des exigences qui m’enserrent.

Est-ce vraiment aussi grave que je l’imagine ? Et si j’acceptais de ne pas tout voir, de ne pas tout vivre, de lâcher la volonté et le contrôle ?

Je pourrais tout aussi bien décider aujourd’hui, à l’instant même, de me regarder avec bienveillance et de sourire de mes tensions, simplement respirer et goûter enfin la vie qui m’anime, admirer sa beauté, sa simplicité, son incroyable intelligence. Elle, n’a aucunement besoin que je sois au contrôle…

Et vous, que décidez-vous pour aujourd’hui ? Rester  sous pression etne rien lâcher ou… danser avec la vie ?

*Fabrice Midal : « Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre » 

Dangers d’une société hyperconnectée…

Documentaire à louer sur la boutique Arte : « Hyperconnectés : le cerveau en surcharge »

hyperconnecté

Pour bien fonctionner, notre cerveau a besoin de calme, de temps « vides », de vacance… au risque de se retrouver en surchauffe et de nous faire glisser vers le burn-out.
Alors, c’est un arrêt brutal : émotions exacerbées, perte du sommeil, et parfois de l’appétit, incapacité à faire face au quotidien, agressivité, stress intense et généralisé – entre autres symptômes du syndrome d’épuisement – tous ces signes d’urgence pouvant mener à une dépression grave.
Après avoir tout donné, corps et cerveau disjonctent.
Trop-plein. Le tsunami nous cloue à terre.

La plupart du temps qualifié de maladie professionnelle, le burn-out est à mon sens un risque majeur pour la majorité d’entre nous, sollicités que nous sommes en permanence, « ligotés » à nos objets connectés, avec cette idée impérative que pour continuer à exister au coeur de nos sociétés, nous avons à intégrer toutes les informations disponibles…
Rester à la page et performants de crainte d’être mis au ban de la communauté humaine.

De la nécessité urgente d’ouvrir à la flânerie cérébrale et d’inviter le rêve pour intégrer à nos vies des espaces de méditation, des temps de rencontre avec soi-même où nous pouvons simplement nous poser dans la présence.
Ralentir, respirer… et dompter le faire pour prendre soin de l’être.

Article Télérama au sujet du documentaire.