S’aimer enfin !

Il y avait longtemps que je n’avais pas publié un article et c’est la lecture du dernier ouvrage du Dr Christophe Fauré*, « S’aimer enfin ! » qui m’a inspirée, me ramenant aux réflexions que je partage souvent avec mes patients.

Un très bel ouvrage que je recommande !

saimerenfin-mini Un métier passionnant, des livres et un cabinet qui marchent bien, une vie de couple équilibrée… Tout va bien, pourquoi chercher autre chose, pourquoi se plaindre ? Ces pensées « rabat-joie », si on leur laisse le pouvoir, peuvent empêcher tout nouveau frémissement, tout appel au renouvellement de soi, à la nouveauté.
La vie de Christophe Fauré coche toutes les cases, mais il s’épuise, absent à lui-même…  Un appel puissant pour autre chose, un sourd besoin de « re-spir-er », de « retrouver cet autre » sentier vers soi-même, pour se recentrer, pour reprendre vie. »

J’imagine que vous aussi, vous vivez des moments où vous voudriez tout plaquer, retrouver vos rêves d’enfant, votre petit grain de folie, votre air…
Ça manque de « Je », ça manque de « Soi ».
Vous sentez bien que quelque chose ne colle pas, ne s’adapte plus. Vous n’entendez plus le mal-être qui hurle en vous, l’épuisement, l’essence de ce que vous êtes a disparu, noyée dans les obligations que vous vous imposez, et vos contours singuliers se sont dissous dans la gestion de la vie.
Il faut éduquer les enfants, gérer le quotidien, répondre aux exigences nombreuses et oppressantes de la vie sociale et professionnelle et bien sûr, continuer à avoir du désir pour sa moitié… Et vous, dans tout ça ? Où êtes-vous ?

Remettre du « Je »… retrouver de l’espace pour prendre soin de vous.
Il ne s’agit pas de ne plus prendre en compte les autres, votre environnement personnel, ceux que vous aimez, mais de vous refaire une place dans cette balance existentielle, souvent en tension. Vous avez droit à autant d’attention que celle que vous accordez aux autres. Faites une pause, offrez-vous une parenthèse, faites-vous le cadeau de vous entendre enfin !

Remettre du « Soi »… redonner du sens à ce que vous faites, à vos choix, cultiver l’émerveillement, vous sentir vibrer à nouveau, nourrir votre âme d’enfant, votre créativité, votre besoin de joie et de légèreté, vous reposer, nourrir votre besoin de beauté et de spiritualité… A quand remonte la dernière fois où vous vous êtes accordé de l’importance ?  Faites-vous le cadeau de vous aimer enfin !


saimerenfin-mini
« Chacun d’entre nous aspire à donner du sens à sa vie. Pour retrouver l’essentiel. Pour être heureux, tout simplement. Un jour, Christophe Fauré a tout quitté pour se trouver. Il était psychiatre, il est devenu moine bouddhiste… avant de redevenir psychiatre, avec un autre regard, une autre vision sur sa vie et sur ce qu’il souhaitait en faire. Fort de cette expérience qui l’a fait renaître au monde et à lui-même, il nous livre les enseignements de son cheminement, en partageant de grandes questions existentielles : comment être en harmonie avec nous-même ? Installer le spirituel au coeur de notre quotidien ? Dans ce récit initiatique, Christophe Fauré évoque en filigrane sa dépression d’enfant, ses tourments face à la maladie et à la mort, ainsi que les voies qui l’ont guidé vers l’apaisement. Il nous invite à un puissant voyage intérieur et à une authentique rencontre avec nous-mêmes, afin de nous accepter tels que nous sommes et vivre pleinement notre existence. »

Extraits :  « Qui n’a pas eu un jour envie de changer de vie ? Qui n’a jamais ressenti ce mal-être du dimanche soir, avec cette impression de vivre à côté de sa vie ? Le désir d’une existence qui  aurait plus de sens, plus de profondeur, plus de vérité ? Qui n’a jamais éprouvé ce manque indéfinissable au coeur du quotidien ? Un « quelque chose » qui ferait toute la différence entre une vie menée en pilotage automatique et une existence dont on pourrait être légitimement fier et heureux car elle reflète les aspects les plus beaux de notre être ? »

« (…) il y a en nous une Lumière qui s’ignore, une paix qui nous attend. Elle nous tire à sa rencontre. Une dimension essentielle de nous-mêmes qui se languit d’elle-même et crève de ne pas exister au grand jour. C’est juste là, dans le creux de notre main, aussi proche de nous que les traits de notre visage. La spiritualité ne serait-elle pas une clef à cette question fondamentale que chacun d’entre nous se pose ? »

« Toute situation, la plus heureuse comme la plus malheureuse, recèle un enseignement. Quelque chose qui nous est donné à comprendre pour nous aider à avancer. Tout l’enjeu pour nous est de le voir. »

« S’engager, faire le cadeau de qui on est. Passer le reste de sa vie à baigner d’amour celle des autres. »


*Christophe Fauré est psychiatre et psychothérapeute, spécialisé dans l’accompagnement des ruptures de vie : deuil, maladie grave et fin de vie, séparation…
Les informations, les ouvrages ☞ Christophe Fauré
Vous trouverez facilement des conférences en ligne, si vous le souhaitez.

Cinopsy’s 2018 : « Psychothérapie, croyances et spiritualité »

Comme chaque année depuis trois ans, la FF2P, Fédération Française de psychothérapie et psychanalyseorganise son festival de cinéma.

2018-visuel-titre

L’événement aura lieu à Bordeaux, les 12, 13 et 14 octobre 2018. Cette année, le thème « Psychothérapie, croyances et spiritualité » réunira de nombreux intervenants.

Boris Cyrulnik, invité d’honneur de cette édition, ainsi que les marraines, Laure Adler et Véronique Jeannot, viendront partager leurs réflexions et expériences autour de la dimension spirituelle.

Pour découvrir le programme et voir les modalités pratiques, vous pouvez vous rendre sur le site dédié : Cinopsys.

2018-visuel-prog-crop-u9951

 

Qui suis-je ?

Instantané…

après brassage de la pensée
lors des 3e Conversations obliques, « Soi ? L’identité à l’épreuve de la clinique »,
organisées par l’Institut Français de Gestalt-thérapie, les  3 et Je citerai pour commencer le beau vers de Louis Aragon, extrait du poème « J’arrive où je suis étranger » récité en ouverture de ces Conversations obliques, qui pousse la vie hors les cadres et rappelle l’essentiel : « rien n’est précaire comme vivre, rien comme être n’est passager »…

—–
Qui suis-je ? Que suis-je ?
Qui est donc ce moi ?
Qui est ce « Je » qui dit « je » ?
Qu’est-ce qui fait mon identité ?

48319096_p
René Magritte – « Décalcomanie », 1966

Suis-je ce que dit mon identité officielle, visible ?
Evidences non questionnées. Identité stable, claire, immuable.

Ce nom-là, cet âge-là, le pays où je vis, ma couleur de peau, ma religion, la culture d’où je viens… Est-ce moi ? Est-ce mon identité ?

Suis-je ce qu’on m’a dit que j’étais ?
Ce que m’ont transmis mes parents, mes enseignants, la société au sein de laquelle j’évolue ? Suis-je mon patrimoine génétique ?

Homme ou femme ? Transgenre ? Hétéro, homo, flexi, poly, asexuel…
Bâti qui nous donne un contour aux yeux d’une communauté.
Se définir… Ou pas. Suis-je cela ?

Suis-je un genre ? Suis-je une orientation sexuelle ? Ma sexualité ? Est-ce mon identité ?

Je suis adulte ou bien enfant ? Petit ou grand, selon les jours.
Un adulte grand abritant encore un enfant, resté petit ? Le même en différent.

Je suis d’ici ou bien d’ailleurs. Terrien humain. Suis-je cela ?

Suis-je toujours ce que je dis être ?
Suis-je ce que les autres voient de moi, la manière dont ils me définissent, le rôle auquel ils m’assignent ? Qui a raison ? Eux ou moi ?

Personnage confiné, limité, codifié, classifié, qualifié, genré, défini, bordé ?
Suis-je cela ?

Identité. Identifié. Individu… in… un… parmi un et un et un… Unité des uns.
Communauté humaine.
Identique.
Unique.
Où est le même ?
Où est le mien ?

Tension entre moi et toi, entre moi et vous, entre moi et moi.
Entre ce que je pense de moi et ce que tu imagines de moi.

Se définir. Se présenter. Qui suis-je ?

Cet être-là, singulier, avec ces caractéristiques physiques…?
Grand, élégante, maigre, yeux noir ou vairon, cheveux roux ou blancs ou colorés, courts, bouclés, nez busqué ou d’oiseau, un peu rond, peau diaphane, sourcils broussailleux, élancée, grain de beauté derrière l’oreille… Est-ce mon identité ?

Cet être-là, singulier, avec ces traits de caractère…?
Joyeux, bordélique, réservé, séductrice, drôle, autoritaire, brillant, audacieux, naïf, vive, tête en l’air, doux, courageux, soupe au lait, intello… Est-ce mon identité ?

Je suis la somme de mes mémoires, de mes souvenirs, de mes expériences. Suis-je cela ?

Puis-je dire ce que je suis, qui je suis, une fois pour toutes ?

L’identité, concept où des éléments se figent, des éléments se meuvent, idée qui se cherche et s’invente. Et si se définir était de trop ?

Et vous, qui dites-vous que vous êtes ?

puczel-lovers-5
Jarek Puczel – « Lovers »,  2011

Je suis

Je suis moi ou non moi, le tout… et son contraire
Je suis… l’étonnante fusion du père et de la mère

Je suis… le pas se déroulant au coeur de la conscience
Je suis blanc, rouge ou gris. Qui suis-je quand j’y pense ?

Je suis l’humain aux autres, aspirant d’équilibre,
cet humain enchaîné qui se rêverait libre

Je suis… au vide apprivoisé, intense en ma présence
Je suis… au vide qui s’en vient, élève de l’absence

Je suis vivant… bien au-delà des vagues où je me tiens,
Je suis l’illimité, qui parfois, se souvient

Je suis de peu de choses et je me crois beaucoup
Je suis l’or magnifié au sortir de sa boue

Je suis… aux portes jamais closes, porteur de l’infini
Je suis l’amour vibrant aux couleurs de la Vie.

Vanessa Chaigneau – 5 mars 2017

narcisse-caravage
Le Caravage, « Narcisse », 1598-1599