Nourrir les liens – 1er groupe en visio

Bonjour à vous !

Le 1er groupe en visio a eu lieu hier soir, nous étions 9.
Merci aux participant.e.s du groupe « test » d’avoir répondu présents pour cette inauguration !

Love GroupÇa fait un peu des couacs au niveau technique et demande quelques ajustements. La vie, quoi… On est en permanence mis au travail sur nos limites, notre confort, nos certitudes. Une chose est sûre : personne n’est laissé de côté par la vie et son oeuvre !

Nourrir les liens et partager nos expériences singulières, se soutenir, créer un espace bienveillant, rire…
Même en tâtonnant un peu, c’est ce que nous avons réussi à faire. On y était, ensemble, et c’était doux.

Le voyage continue chaque lundi !

– Le 30 mars prochain, ce sera de 14h à 16h.
– 2 places sont libres pour cette date.
– D’autres créneaux peuvent s’ouvrir, si besoin…
– C’est sans engagement ou continu : à vous de voir !
– Cet espace gratuit et ouvert à tous, après un 1er échange de mise en lien.

Un espace de partages qui a le mérite d’exister,
un peu comme le café du coin… qui, lui, pourrait bien finir par nous manquer !

Pour rejoindre le groupe, appelez-moi au 06.03.11.36 23.

Prenez soin de vous et restons en lien !

 

La méditation : une révolution dans le cerveau

La méditation, tradition millénaire, a connu un essor considérable depuis une quinzaine d’années et c’est aujourd’hui devenu un sujet incontournable.
Au-delà des effets de mode et des inévitables récupérations commerciales qu’ils génèrent, méditer permet bien de stabiliser les émotions et de calmer le flux incessant, parfois envahissant, des pensées.
Rapidement, avec une pratique régulière, on constate moins de ruminations et moins d’intensité dans l’anticipation anxieuse d’une situation.
Notre humeur s’améliore, nous sommes plus calme, plus stable, et notre attitude face à la vie devient plus positive.
Méditation
Morceaux choisis du documentaire :
  • 60 000 pensées se forment chaque jour dans notre esprit, un. zapping permanent…
  • Le cerveau est une formidable machine à produire de la fiction. Il produit une fiction tellement réelle que quand vous imaginez une scène déplaisante, votre coeur s’accélère, vos muscles se tendent. Vous croyez que c’est la réalité.
  • Il arrive que le cerveau soit bloqué sur la mauvaise fréquence : les sentiments d’échec et de culpabilité reviennent en boucle et les pensées se transforment en ruminations.
  • 10 minutes de méditation chaque jour suffirait pour réduire le stress et ses effets néfastes sur la santé.
  • En agissant au coeur de nos cellules, cette gymnastique mentale aurait le pouvoir d’allonger l’espérance de vie : une cure de jouvence et un espoir pour prévenir certaines pathologies du cerveau.
  • La méditation agit sur la plasticité du cerveau.
  • Tout ce que vous apprenez, tout ce que vous vivez, va avoir un impact sur les structures de votre cerveau, la densité de matière grise ou l’épaisseur du cortex va se modifier, en fonction des expertises que vous allez acquérir.
  • La méditation agirait comme une gymnastique capable de muscler certaines aires cérébrales et ralentirait ainsi le vieillissement du cerveau. Plus étonnant encore, cette cure de jouvence agirait même au coeur de nos cellules.

Méditer, c’est cultiver la pleine présence à ce qui est et s’offrir la paix.
Avec les charges quotidiennes qui pèsent sur nos vies, les exigences d’une société en quête de toujours plus, de réactivité, de performance, les sollicitations nombreuses et permanentes, la diversité des émotions qui nous traversent et nous bousculent, calmer notre mental n’est pas un luxe, c’est une nécessité absolue et le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.
Alliée santé et amie de notre bien-être, c’est maintenant prouvé, mais la méditation, c’est aussi s’engager pour le bien-vivre du monde dans lequel on évolue.
Se changer pour changer le monde, ça peut commencer par s’accorder 5 minutes quotidiennes pour se poser, observer ses pensées et respirer en conscience.

Alors, on n’hésite plus, on cajole son cerveau :
on s’assoit et on s’offre une pause ! 🙂
Le lien vers le documentaire : Méditation : une révolution dans le cerveau
Le lien vers le débat : Enquête de santé – France 5

Atelier en co-animation : Voyage en présence, Wutao® et Gestalt-thérapie

Et si je partais en voyage avec moi ?

Opti - Le voyage - Marina&Vanessa

Avec mon amie Marina Audibert, instructrice en Wutao®, nous vous proposons un voyage intérieur… Du corps et de l’esprit, des sensations à la mise en mots, venez vivre une expérience qui ancre la présence.

Ne ratez pas l’envol : le groupe est limité à 10 personnes.

Réservez votre voyage pour la journée du samedi 9 juin au 06.03.11.36.23.


Marina Audibert :  Le corps est l’onde  / lecorpsestlonde@gmail.com

Vanessa Chaigneau :  Les Jardins de Présence / Bordeaux-Gestalt

Nos zones sensibles

Nous avons tous à prendre soin de nos zones sensibles, à les reconnaître, puis les apprivoiser pour leur montrer le chemin de connexion à soi, ce beau chemin de confiance.

Pour accompagner les pas de notre croissance, prendre soin revient à être présent à soi-même, jardiner sa présence, la cultiver avec grand soin pour se rencontrer vraiment et rencontrer l’autre de la même manière, au-delà des conditionnements, des croyances et des peurs.

« NOUS AVONS TOUS DES ZONES SENSIBLES

C’est facile de dire « je t’aime ». C’est facile de parler d’amour, de présence, de conscience, et d’une profonde acceptation de ce qui est. C’est facile d’enseigner, de dire des choses qui sonnent vrai, bien, et spirituel. Mais ce ne sont que des mots.

Il y a un monde avant les mots.

Quand la colère monte, peux-tu rester près d’elle, et ne pas l’endormir ou la déchaîner ?Quand la peur envahit le corps, peux-tu respirer en elle, et ne pas fusionner avec elle ou prendre la fuite dans des histoires ? Quand tu te sens blessé(e), rejeté(e), pas aimé(e), abandonné(e), peux-tu faire de la place pour ce sentiment, lui souhaiter la bienvenue dans le corps, t’incliner devant son intensité, son feu, sa présence, et ne pas attaquer, ou passer à l’acte ou lancer des injures ?

Peux-tu t’engager à ne pas t’abandonner toi-même au moment où tu as le plus besoin de ton propre amour ?

C’est facile de parler d’amour. C’est facile d’enseigner.
Jusqu’à ce que les anciennes blessures s’ouvrent. Jusqu’à ce que la vie ne fasse plus ce que nous voulons.
Ce qui te stimule est pour toi une invitation à t’aimer toi-même plus profondément. Peux-tu le voir ? Il n’y a pas à avoir honte de cela.
Nous avons tous des zones sensibles. »

Texte issu de la page Facebook « La Divine Pagaille, feat. Jeff Foster »

La présence

« La présence du thérapeute est sa donation la plus précieuse. Cette présence active et mobilisatrice fournit au patient une forme de soutien et de sécurité, condition minimale pour établir ou rétablir un lâcher-prise, une respiration, une circulation.
Joseph Zinker* décrit joliment cette disponibilité : « La présence fait allusion à cet état particulier d’être pleinement là, de tout notre être, corps et âme. C’est une façon d’être, sans rien faire. La présence implique d’être ici pleinement, ouvert à toutes les possibilités… La présence du thérapeute est le « fond » sur lequel la figure d’un autre self peut s’épanouir, briller, ressortir totalement et clairement. »

que-sais-je
Chantal Masquelier-Savatier, « La Gestalt-thérapie » – Que sais-je ?

Joseph Zinker* est l’un des pionniers de la Gestalt-thérapie, il a beaucoup contribué à faire connaître la Gestalt-thérapie dans le monde entier. Il est l’auteur de « Se créer par la Gestalt » – 1981, Les Éditions de l’Homme, « Le thérapeute en tant qu’artiste, écrits de 1975 à 2001 » – 2006, L’Harmattan, « La Gestalt-thérapie, un processus créatif  » – 2006, InterEditions.

Psychothérapie : Amour et présence

Risquer la traversée vers soi, y être ensemble, c’est tisser à deux voix le pont qui mène à la clarté et à la connaissance, et avec elles, c’est tout un monde de possibles qui peut s’ouvrir et permettre une nouvelle liberté.

Se sentir accueilli dans la présence l’autre, se sentir regardé, parfois pour la première fois, donne au cheminant en thérapie l’appui nécessaire pour embrasser la vérité sur lui-même et apprivoiser les contraires et contrastes qui le font humain, les rires à gorge déployée, autant que les peines qui mettent à terre.
C’est parce que nous sommes si semblables, toi qui viens me voir, et moi qui prépare ta venue, bousculés et surpris par les mouvements de vie, meurtris par tout ce qui nous laisse sans voix, que nous pouvons nous re-connaître – nous connaître à nouveau – l’un et l’autre miroirs de la profondeur sensible que nous sommes.