« Et concrètement » : un site atypique !

ob_0e751d_etconcretement-logo-rvb-04-1Sur la planète des zèbres et autres atypiques est né il y a quelques mois un bien joli projet :
Et concrètement, la plateforme pour bien vivre avec ses rayures qui a pour but d’accompagner tous les « rayés »…

Il ne serait évidemment pas aussi enthousiasmant s’il n’était que joli, ce projet !
Car oui, ils sont beaux, les visuels, l’idée, le site et sa créatrice… mais les supports et outils développés sont aussi très utiles, car concrets.

Apprendre que l’on fonctionne différemment peut donner le vertige… ou donner envie de rentrer à tout jamais dans sa grotte – c’est selon et affaire de personnalité – mais cela amène forcément son lot d’inextricables questions.

Autiste, haut-potentiel, multi-potentiel, hypersensible… Se découvrir atypique donne une clé majeure pour ouvrir la porte de la compréhension de soi, mais une fois que l’on sait, on fait quoi maintenant, hein ?

Ce concept original a été imaginé par Julie Lassalle-Ellul qui connaît parfaitement ces profils particuliers qu’elle accompagne depuis une quinzaine d’années. Elle a créé des outils sur-mesure, testés et approuvés dans son cabinet, mais aussi dans les écoles et institutions spécialisées.

Et concrètement, c’est :

des jeux : jeu de l’oie, coloriage, jeux de cartes, etc.
Humour et poésie, au service de l’intelligence et de la bienveillance.

des méditations : pour tous, bien sûr, mais aussi pensées pour les tout-petits, à partir de 2 ans.

des « spécialistes » :  Dans la rubrique « T’es pas tout seul », Julie a sélectionné des intervenants proposant un accompagnement ciblé et attentif, via Skype.

ob_692bba_pack-meditation-et-concretement-julie_opt

Et pour finir, le site et les outils sont magnifiquement illustrés par Liane Langenbach.

Bref…voilà une créativité sensible et éclairée comme je les aime, au service de l’épanouissement et du bien-être ! Vous l’aurez compris, je suis fan. Merci, Julie !

2e Congrès virtuel : « Regards pluriels sur la douance »

« Beaucoup de personnes surdouées, Haut Potentiel, HPI, hypersensibles sont à la recherche de repères et de pistes pour vivre leur différence d’une manière plus sereine, pour donner du sens à leur vie. Une série d’entre elles cherchent des moyens pour déployer leurs talents et de vivre leur potentiel de manière sereine.
De nombreuses initiatives s’ouvrent pour informer et accompagner ce public.
La douance est un thème de plus en plus abordé dans la presse. » (…)

Nathalie Alsteen et Céline Domecq ont eu la magnifique idée de réunir l’an dernier dix orateurs autour de ce sujet pour un congrès virtuel gratuit. Fortes du succès de cette première édition, elles embarquent à nouveau dix orateurs pour ce 2e congrès virtuel « Regards pluriels sur la douance ».

Au programme, des sujets variés et des professionnels venant de différents horizons. Cette année : Alexandra Reynaud, “Les tribulations d’un petit zèbre”, Béatrice Millêtre, Julie Lassalle…

Congres-Douance-haut-potentiel

Ce 2e congrès aura lieu du 28 septembre au 5 octobre 2017.

*****

Et en bonus, la rediffusion gratuite des conférences de l’édition 2016, à partir du 15 septembre et jusqu’au dimanche 17 septembre inclus. Parmi les intervenants de l’édition 2016, Thierry Janssen, Arielle Adda, Cécile Bost, Fabrice Micheau… Faites vite !

Pour accéder à toute cette richesse gratuitement, il suffit de s’inscrire : www.congres-douance.com

Surdoués, mais vulnérables

 « Surdoués‬, mais vulnérables… »
– suite à un article paru dans le Luxemburger Wort, le 12 février 2016 –

« Un mal-être qui va de la personne qui se sent toujours un peu angoissée, déprimée, jusqu’à des dépressions sévères, des hospitalisations pour des tentatives de suicide, des burn-out, des troubles anxieux généralisés majeurs, une incapacité à s’insérer dans le milieu professionnel. » Jeanne Siaud-Fachin


Une pensée rapide et foisonnante, une sensibilité à fleur de peau, le sentiment d’être en perpétuel décalage au regard du fonctionnement de la société, des autres, le besoin de profondeur et d’authenticité, une grande créativité et curiosité…
Les HPI ont tout le mal du monde à trouver leur place et les souffrances qu’ils vivent peuvent rester inexpliquées, voire qualifiées de maladies mentales, si l’ouverture à la surdouance ne se fait pas.
Leur accompagnement demande donc au thérapeute une attention particulière.

« Je me sens inadapté depuis toujours : les injustices me révoltent aux larmes, j’ai trop de conscience, un rien me bouleverse. On me dit que je suis instable, mais en fait, j’ai juste besoin d’apprendre de nouvelles choses, de comprendre, d’approfondir… et je pleure dès que j’ai le sentiment de perdre la connexion avec ceux que j’aime… et ça, ça arrive tous les jours ! J’ai toujours l’impression que les autres sont surpris de mes réactions.
Mon hypersensibilité dérange mon entourage qui ne sait jamais comment réagir. On me trouve trop excessif et on me dit d’arrêter mon cinéma… C’est plutôt violent à entendre, personne ne me comprend.
Je me sens comme un extra-terrestre propulsé dans un monde bizarre, qui me heurte souvent », me raconte Benoît, en séance.

Aider les zèbres à reconnaître leur singularité et à en mesurer toutes les qualités et les potentiels, c’est leur permettre de porter sur eux-mêmes un regard bienveillant et apaisé.
Une fois cette singularité valorisée et assumée, c’est comme une autorisation à pouvoir exister enfin avec sa propre couleur…