3e Congrès Douance : « Regards pluriels sur le haut potentiel »

Et voilà : il est là, il arrive ! Le 3e Congrès Douance !

 

Pub simple sur Réseaux sociaux 1200X628

Le Congrès Douance, c’est quoi ?

« Un web congrès destiné au public Haut Potentiel adulte ouvert à de nouvelles possibilités et en recherche de solutions », dit le texte… Oui, mais aussi ouvert à tous ceux qui se posent des questions et cherchent à comprendre.

La surefficience, la douance, le haut potentiel, la précocité intellectuelle, le surdouement, les zèbres… autant de termes pour une même réalité. Un sujet qui fait couler de l’encre et suscite de nombreux débats. Passionnant !

Ce congrès virtuel, « Regards pluriels sur le haut potentiel », est un événement qui a lieu en ligne, du 11 au 18 octobre 2018. Il est gratuit et vous permet de suivre de chez vous 12 orateurs différents, chacun développant un thème particulier.

Deux interventions par jour pendant 6 jours ! Pas mal, non ?


Voici le programme complet de cette 3e édition :

Jeudi 11 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Yves-Alexandre Thalmann : « Pourquoi les gens très intelligents prennent aussi des décisions stupides ?« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Marine Miglianico : « Douance et psychologie positive, comment être heureux dans la complexité ?« 

Vendredi 12 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Véronique Bouton : « HPI, mobilisez vos talents grâce à l’improvisation théâtrale !« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Myriam Ogier : « Comment trouver sa place au travail quand on ne rentre pas dans le moule ?« 

Samedi 13 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Magali Barcelo : « Suis-je HPI ? Du doute à la réponse : quelles étapes ?« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Marie-Anna Morand : « Des clés pour sortir du faux-self quand on est surdoué« 

Dimanche 14 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Tanya Izquierdo : « La douance un potentiel fragile : des clés pour arriver à maîtriser son potentiel« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Fabrice Micheau : « Comment transformer les mutations organisationnelles en opportunités pour les surdoués ?« 

Lundi 15 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Christelle Robert : « La sophrologie caycédienne, une méthode à réponses multiples pour les HPI« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Pierre Portevin : « Arrêtez de vous saboter et apprenez à vous traiter en ami.e« 

Mardi 16 octobre

  • 19h00 (Paris) / 13h00 (Québec)
    Christian Junod : « L’argent et le HP font-ils bon ménage ?« 
  • 21h00 (Paris) / 15h00 (Québec)
    Nathalie Alsteen : « Trop sensible pour s’épanouir, comment trouver son équilibre personnel ?« 

Jeudi 18 octobre : Soirée de clôture

*****

Vous pouvez vous y inscrire ici : Congrès Douance 2018. Bon congrès !

 

 

Et si vous étiez surdoué ?

Quels drôles de zèbres…

Être surdoué, HPI, haut potentiel… ces termes suscitent rejet ou curiosité, fantasme ou envie, des projections de toutes sortes qui ne sont pas nécessairement les bonnes !

Voici un article plutôt complet et intéressant, publié sur The Conversation, qui précise et clarifie et remet certaines choses à leur place : « Vous êtes-vous déjà demandé si vous étiez surdoué ? »

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la Science 2017, qui se tient du 7 au 15 octobre 2017, et dont The Conversation France est partenaire. Retrouvez tous les débats et les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr.

2e Congrès virtuel : « Regards pluriels sur la douance »

« Beaucoup de personnes surdouées, Haut Potentiel, HPI, hypersensibles sont à la recherche de repères et de pistes pour vivre leur différence d’une manière plus sereine, pour donner du sens à leur vie. Une série d’entre elles cherchent des moyens pour déployer leurs talents et de vivre leur potentiel de manière sereine.
De nombreuses initiatives s’ouvrent pour informer et accompagner ce public.
La douance est un thème de plus en plus abordé dans la presse. » (…)

Nathalie Alsteen et Céline Domecq ont eu la magnifique idée de réunir l’an dernier dix orateurs autour de ce sujet pour un congrès virtuel gratuit. Fortes du succès de cette première édition, elles embarquent à nouveau dix orateurs pour ce 2e congrès virtuel « Regards pluriels sur la douance ».

Au programme, des sujets variés et des professionnels venant de différents horizons. Cette année : Alexandra Reynaud, “Les tribulations d’un petit zèbre”, Béatrice Millêtre, Julie Lassalle…

Congres-Douance-haut-potentiel

Ce 2e congrès aura lieu du 28 septembre au 5 octobre 2017.

*****

Et en bonus, la rediffusion gratuite des conférences de l’édition 2016, à partir du 15 septembre et jusqu’au dimanche 17 septembre inclus. Parmi les intervenants de l’édition 2016, Thierry Janssen, Arielle Adda, Cécile Bost, Fabrice Micheau… Faites vite !

Pour accéder à toute cette richesse gratuitement, il suffit de s’inscrire : www.congres-douance.com

Les surdoués

Voilà un bel article clair et plein d’humour sur les hauts potentiels, publié sur le blog Les enthousiasmes d’Aurélie.

Pensé et mis en forme par Julie Lassalle, somato-psychopédagogue spécialisée dans l’accompagnement du surdouement, qui est aussi co-créatrice de la méthode de méditation et mouvement, Silence on bouge. Merci, Julie !

—–

Les surdoués

Un effet de mode ?

Encore méconnu du grand public il y a une quinzaine d’années, le sujet des surdoués, personnes à haut potentiel, enfants précoces, zèbres et autres appellations bizarres, envahit aujourd’hui nos journaux, émissions radio, télé et parfois même, les conversations des parents ou celles des professeurs. Alors que se passe-t-il ? Sommes-nous envahis par une nouvelle espèce ? A-t-on trouvé un nouveau profil fourre-tout qui justifierait les travers ou les excentrismes des uns ou des autres ? Que veut dire être surdoué au juste ? Pourquoi certains psychologues ou psychiatres ne reconnaissent-ils pas ce profil alors que d’autres se spécialisent dans l’accompagnement de ces personnes atypiques ? Essayons d’y voir plus clair.

Cas pratique

 » Je m’appelle Becca, j’ai 35 ans. Ce soir je vais au restaurant avec mon compagnon et ses collègues de travail que je ne connais pas. J’y pense depuis une semaine. Je suis contente d’y aller et, à la seconde suivante, je n’en ai plus envie. Allez si, de toutes façons, je n’ai pas le choix, ça va être sympa. Han ! Et si je ne me sens pas bien ? Qu’est-ce qu’ils vont penser de moi ? Non, je ferais mieux de ne pas y aller. Une bonne vieille gastro, c’est un argument de choc ça, non ? Personne ne peut faire d’objection face à une gastro. Bon, ça va Becca, t’as plus 5 ans, vas-y.  »
Quelques heures plus tard à table.
« Je me demande si les restaurateurs ont fait une étude de marché qui leur a révélé que la musique électro à fond était vraiment une plus-value pour leur restaurant ? Becca, tu penses comme une vieille aigrie. Oui mais quand même, c’est un peu fort. Très joli ce tableau au mur, ça me rappelle vaguement un Kandinsky. Comment ça s’écrit déjà Kandinsky ? Arf, j’entends ma sœur me traiter d’ignare. Arrête de penser à ça Becca, tu vas chialer. Bon, je sens que j’ai une migraine qui monte, je n’arrive plus à me concentrer sur ce qu’elles disent. Allez, et si personne ne prenait de cafés qu’on en finisse ?!
 » Je ne sais pas quoi commander. Voyons voyons, qu’est ce qui ne va pas détruire mon cher système digestif ? Ah ça c’est bien ça ! Ah non, la sauce aux cacahuètes, je vais éviter. Le coup d’un œdème de Quincke pour une première rencontre, ça risque de ne pas le faire. Mince, dépêche-toi, ton tour arrive, tu vas te faire remarquer. Oula il n’a pas l’air bien le serveur. Pas assez dormi on dirait. Il est énervé aussi. Peut-être que c’est cette autre table de huit qui l’a agacé. Faut dire, ils ont l’air pénible et ils parlent beaucoup, beaucoup trop fort. De Cyril Hanouna en plus. En même temps mes voisines de table sont en train de débattre sur des marques de chaussures depuis quoi ? Vingt bonnes minutes ?… Elles doivent bien s’y connaitre en chaussures. Allez, je fais tomber ma serviette pour voir leurs pieds. En plus j’ai besoin de bouger, j’en peux plus là. C’est moi ou il fait une chaleur à crever ? Et ces néons ? On se croirait à l’école. Effectivement, belles chaussures. J’aurais au moins pu cirer les miennes, déjà qu’elles sont moches comparées aux leurs. Mince, je crois qu’elles me demandent mon avis. Heu oui, oui, bah c’est sûr, les italiennes, c’est euh… vraiment la classe. Très belle intervention Becca, bravo, brillant. Elles n’ont même pas du entendre mon dernier mot parce que je ne l’ai pas dit assez fort. Allez, dis autre chose…. Maintenant allez… Bon, y’a rien qui vient. Qu’est-ce que je peux être tarte. Mais comment font-elles pour être si à l’aise ? Elles ont l’air de passer une super soirée. Elles doivent me trouver nulle. Ou prétentieuse. On me dit souvent que j’ai l’air hautaine. Pourtant je n’arrête pas de sourire là, non ? Bon, j’ai peut-être un sourire figé du genre j’ai avalé un boomerang en plein vol…

Etre surdoué, ce n’est pas

J’ai choisi le témoignage (réel) de Becca pout faire un pied de nez aux représentations habituelles que nous avons des surdoués. Effectivement, Becca est surdouée et n’allez pas lui dire que le surdouement n’est qu’une vue de l’esprit, ou que c’est juste une idée à la mode. Parce que, quand Becca ne savait pas qu’elle était surdouée, elle rentrait de ce genre de soirée avec l’envie d’en finir avec cette vie dont elle n’avait pas les codes (la réaction vous parait peut-être disproportionnée mais c’est comme ça un surdoué : intense !). Depuis que Becca comprend mieux son profil, elle peut s’observer elle-même en train de mal vivre ce genre de soirée (ce qui en soi en atténue déjà les désagréments) et en plaisanter avec ceux qui la comprennent ! Ce qui change beaucoup de choses pour ne pas dire tout…
Pour en revenir aux représentations tenaces que nous avons quand nous entendons parler de surdoués, il ne vous a pas échappé que Becca n’était pas :
un enfant ! En effet, le surdouement ne concerne pas que les enfants car un enfant surdoué devient invariablement… un adulte surdoué ! Nous comprenons ici que l’appellation « enfants précoces » pour désigner un enfant surdoué ne soit pas très pertinente. Non seulement un enfant surdoué n’est pas forcément en avance sur les autres enfants de son âge, du moins pas sur tous les plans mais, surtout, cela reviendrait à dire qu’un enfant précoce deviendrait un adulte précoce ce qui pourrait prêter à confusion !
une geek à lunettes, bras droit de Larry Page ! L’histoire ne le dit pas mais je vous le confirme : Becca est une jeune femme au regard certes intense mais d’apparence tout à fait ordinaire. Elle n’a rien d’un génie au sens commun du terme. Ni dans son métier, ni dans ses activités sportives ou artistiques.
Certains demanderont alors, mais en quoi est-elle SURdouée si elle n’est pas PLUS douée en quelque chose ! C’est ici que nous commençons à buter sur les problèmes d’appellation.

Y voir clair malgré cette confusion des termes

Quand on ne sait pas réellement de quoi il s’agit, l’appellation est un problème car aucune ne convient pour définir la globalité de ce profil-là et aucune ne correspond à la manière qu’ils ont, eux, de se vivre et de se percevoir. Voilà comment on les nomme d’habitude : enfants précoces, EIP (enfants intellectuellement précoces), les HPI (haut potentiel intellectuel) et les HPE (haut potentiel émotionnel), les zèbres. J’ai choisi pour ma part de garder ici l’appellation de surdoués par souci de commodité, bien que ce terme génère souvent beaucoup de représentations erronées aux conséquences parfois lourdes pour eux et pour leurs entourages. Il est intéressant de se placer du point de vue des personnes concernées, enfants ou adultes qui se nomment souvent : « sousdoué », « extra-terrestre », « débile », « fou », « inadapté », « différent », « incompatible », « décalé »… bref aux antipodes du côté « petit génie » dont on les affuble souvent.

Qu’est-ce qu’être surdoué alors ?

Le surdouement est une réalité neurophysiologique qui fait l’objet de plus en plus d’études scientifiques. Vous pouvez par exemple parcourir les études réalisées par le centre Psyrène de Lyon, spécialisé dans l’accompagnement des surdoués. (cf liens ci-dessous) :

Une étude décrypte le cerveau des enfants précoces (RA-Santé, avril 2015)
Enfants précoces : dans le cerveau des « hauts potentiels » (RA-Santé, avril 2015)
Cerveau : pourquoi certains surdoués réussissent à l’école, et d’autres non ? (SciencesEtAvenir, avril 2015)

Il est difficile de donner une définition précise au surdouement car il y a autant de formes de surdouement qu’il y a de surdoués. Et, pour couronner le tout, à l’intérieur d’une même personne surdouée cohabitent une foule de paradoxes !

Nous pouvons toutefois dégager trois invariants valables pour les enfants et pour les adultes :

* un fonctionnement intellectuel différent

Les tests de QI (quoique controversés et je suis d’accord avec les controverses) mettent en évidence un potentiel supérieur à la norme définie pour les personnes du même âge. Mais les développements affectif, relationnel et psychomoteur sont habituellement plus en rapport avec l’âge réel, voire en deçà. Cet écart de rythme de croissance, appelés aussi « dyssynchronie », (terme crée par le spécialiste Jean-Charles Terrassier), entre les composantes de leur personnalité différencie fortement la personne surdouée des autres personnes et nécessite un accompagnement adapté, ceci étant particulièrement vrai pour ceux qui ne vont pas très bien.

* un mode de penser différent

pensée en arborescence (i.e. en feu d’artifice, une pensée en entraînant des dizaines d’autres, de façon fulgurante !)
pensée analogique (qui fonctionne par associations d’idées, métaphores, pensées dans lesquelles nos 5 sens sont mêlés, par exemple une odeur rappelant une situation qui elle-même véhicule une émotion dont nous nous souvenons parfaitement visuellement…)
pensée divergente (la pensée « hors du cadre »)

* une hypersensibilité et une hyperesthésie très présentes :

C’est-à-dire qu’une personne surdouée pourra, en vrac, être hyper émotif, hyper anxieux, hyper vigilant, hypersensible aux bruits, odeurs, lumières, étiquettes qui grattent, hyper empathique, hyper sensible au niveau de sa santé (problèmes digestifs, allergiques, maladies auto-immunes), hyper réactif et tout un tas d’autres choses auxquelles nous pouvons ajouter le préfixe « hyper ».
Si nous reprenons la narration de Becca, nous pouvons retrouver plusieurs caractéristiques telles que l’anticipation anxieuse, le doute, « l’ascenseur émotionnel », l’hypersensibilité digestive, terrain allergique, l’importance du regard de l’autre, la capacité de percevoir les émotions des autres, le sentiment de décalage, l’ennui et l’envie, la curiosité, le besoin de bouger, l’impatience, un grand manque de confiance en soi, des pensées en arborescence et analogiques, un envahissement émotionnel, du découragement.
Bien sûr que ces caractéristiques peuvent être présentes chez d’autres personnes non surdouées, elles seront juste plus marquées chez ces derniers. Il est aussi vrai que certains surdoués ne se reconnaitront pas du tout dans le profil de Becca ou dans ce qui a été est cité précédemment. Quand on dit que donner une définition exacte est impossible !

Pour la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin (1), « il ne s’agit pas d’être quantitativement plus intelligent, mais de disposer d’une intelligence qualitativement différente. Ce n’est vraiment pas la même chose ! Être surdoué associe un très haut niveau de ressources intellectuelles, une intelligence hors-norme, d’immenses capacités de compréhension, d’analyse, de mémorisation ET une sensibilité, une émotivité, une réceptivité affective, une perception des cinq sens, une clairvoyance dont l’ampleur et l’intensité envahissent le champ de la pensée. Les deux facettes sont TOUJOURS intriquées. Être surdoué, c’est une façon d’être au monde qui colore l’ensemble de la personnalité. Être surdoué, c’est l’émotion au bord des lèvres toujours, et la pensée aux frontières de l’infini, tout le temps »
Essayons maintenant de comprendre le surdouement des enfants et ses conséquences à l’école

Pour illustrer les paradoxes des surdoués et les faire comprendre dans le milieu scolaire, voici un tableau réalisés par l’association nationale pour les enfants intellectuellement précoces (l’ANPEIP).

1b2f875d-63cb-491d-bc56-4475cd01b85fL’enfant surdoué peut être apparemment sûr de lui, avec un aplomb déconcertant, une logique implacable. Il dispose de capacités de compréhension et d’apprentissage plus rapides que celle des enfants de son âge et, par conséquent, peut se retrouver en avance sur le plan scolaire (souvent moins sur le plan affectif). Curieux insatiable, il peut se réfugier dans les livres et s’éloigner ainsi d’un monde qui ne lui ressemble pas…

Même identifié, il peut désirer se fondre dans la masse ; timide, solitaire, incompris, il dissimule sa souffrance intérieure et ses immenses capacités. Tout en restant « très bon élève » pendant un certain temps…

L’enfant surdoué peut aussi être en échec scolaire, se montrer provocateur ou perturbateur, distrait, brouillon, ne faisant que ce qui l’intéresse. Néanmoins hypersensible, il est de nature anxieuse et commence à présenter des difficultés de comportement et de scolarité. Il peut être curieux, montrer certaines facilités, ce qui déroute les parents et les enseignants qui ne comprennent pas ces paradoxes.
Pour ceux qui préfèrent comprendre les choses en vision d’ensemble et en images, je recommande de parcourir les mind maps du site https://repairage.ch/tag/haut-potentiel/ Extrêmement bien réalisées, ces cartes heuristiques illustrent et résument les fonctionnements émotionnels et cérébraux des enfants et des adultes surdoués.
Il est important de bien comprendre que chaque surdoué est différent, on peut très bien ne pas se reconnaître dans tous les points abordés ci-dessus et être quand même concerné par le sujet !

L’importance du diagnostic

Tous les spécialistes s’accordent à le dire. Il est fondamental que les personnes surdouées sachent qu’elles le sont (par un moyen ou un autre). Cela permet de :
mettre du sens : sur un fonctionnement, sur des émotions, sur une histoire de vie
se reconnaître, se comprendre et s’accueillir, profondément, comme on est, avec toutes nos ressources et nos potentiels.
éviter les constructions dites en « faux self »(2). Le surdoué qui s’ignore va se débrouiller comme il peut, avec ce qu’il est, pour être « viable » dans son environnement. Pas facile ! Cela peut induire parfois le développement plus ou moins conscient d’une personnalité en « faux self » : le surdoué va renvoyer une image tronquée de lui-même : un enfant qui se mettra à moins bien travailler pour ne pas se faire remarquer, une ado qui rira trop fort aux « délires » de ses copines alors qu’elle n’y trouve en réalité aucun intérêt, un adulte qui se contorsionnera pour être « raccord » avec l’esprit de son entreprise quitte à se perdre complètement lui-même… liste qui s’étend à l’infini.
Attention également aux erreurs de diagnostics. Certains professionnels ne sont pas sensibilisés au surdouement ou le rejettent. Il n’est pas rare qu’une personne se voit poser un diagnostic de dépression ou de bipolarité alors qu’elle souffre en réalité de « problèmes de surdoués » ! Les surdoués qui s’ignorent pensent eux-mêmes être « fous » ou ont très peur de le devenir.

Je suis surdoué, bonne ou mauvaise nouvelle ?

Excellente nouvelle !
Etre surdoué signifie AVANT tout être intelligent, vif, créatif, curieux, drôle, empathique, juste, unique, ayant des multi-potentiels et beaucoup de belles choses encore.
La difficulté des surdoués n’est pas d’être surdoué mais d’évoluer dans un monde qui lui ne l’est pas ! C’est surement le problème de toutes les minorités, comme nous le dit Joseph Schovanec avec humour quand il parle du « non problème » de l’autisme(3).
Bien entendu, le surdouement, comme nous l’avons vu, peut être difficile à vivre. Les principaux motifs de consultations sont : le mal-être existentiel (quête identitaire, peurs, angoisses et débordements émotionnels), les difficultés relationnelles (famille, couple), trouver sa « juste » place dans la société (à l’école, emploi, activités). Mais ces difficultés, quand elles sont bien accompagnées sont loin d’être insurmontables…

Une fois que je sais que je suis surdoué, je fais quoi ?

Si je vais bien, je profite de la vie et je continue de surfer sur ma vague, de courir sur mon fil, de dessiner mon chemin au fur et à mesure que je vis. Je respecte ma singularité et me sers de mon intelligence et de ma créativité dans mes choix de vie.

Si je ne vais pas bien, je trouve de l’aide ! Je choisis de m’entourer de personnes et de situations qui me font du bien. Je m’éloigne des relations toxiques (attention, les surdoués attirent les manipulateurs !). Je quitte les environnements qui mettent mes ressources et mon atypisme à mal. Je trouve des thérapeutes qui connaissent bien le surdouement et qui me comprennent. Et surtout, je trouve les outils qui vont m’équilibrer : l’aide thérapeutique pour certains, le sport, l’apprentissage de langues, la musique pour d’autres etc…

Les surdoués et les approches corporelles (…)
la suite et fin de l’article, c’est ici !

Le surdouement illustré

Quelques clés, en deux belles infographies, pour mieux comprendre le fonctionnement singulier des personnes dites « surdouées », à haut potentiel ou zèbres…

Merci à la psychologue Anne-Laure Fontannaz, fondatrice du site repairage.ch, qui les a créées.

 

Le cerveau du grand zèbre

le-cerveau-du-grand-zebre

 

Le grand zèbre en général

infographie-grand-zebre1_xl

 

Surdoués, mais vulnérables

 « Surdoués‬, mais vulnérables… »
– suite à un article paru dans le Luxemburger Wort, le 12 février 2016 –

« Un mal-être qui va de la personne qui se sent toujours un peu angoissée, déprimée, jusqu’à des dépressions sévères, des hospitalisations pour des tentatives de suicide, des burn-out, des troubles anxieux généralisés majeurs, une incapacité à s’insérer dans le milieu professionnel. » Jeanne Siaud-Fachin


Une pensée rapide et foisonnante, une sensibilité à fleur de peau, le sentiment d’être en perpétuel décalage au regard du fonctionnement de la société, des autres, le besoin de profondeur et d’authenticité, une grande créativité et curiosité…
Les HPI ont tout le mal du monde à trouver leur place et les souffrances qu’ils vivent peuvent rester inexpliquées, voire qualifiées de maladies mentales, si l’ouverture à la surdouance ne se fait pas.
Leur accompagnement demande donc au thérapeute une attention particulière.

« Je me sens inadapté depuis toujours : les injustices me révoltent aux larmes, j’ai trop de conscience, un rien me bouleverse. On me dit que je suis instable, mais en fait, j’ai juste besoin d’apprendre de nouvelles choses, de comprendre, d’approfondir… et je pleure dès que j’ai le sentiment de perdre la connexion avec ceux que j’aime… et ça, ça arrive tous les jours ! J’ai toujours l’impression que les autres sont surpris de mes réactions.
Mon hypersensibilité dérange mon entourage qui ne sait jamais comment réagir. On me trouve trop excessif et on me dit d’arrêter mon cinéma… C’est plutôt violent à entendre, personne ne me comprend.
Je me sens comme un extra-terrestre propulsé dans un monde bizarre, qui me heurte souvent », me raconte Benoît, en séance.

Aider les zèbres à reconnaître leur singularité et à en mesurer toutes les qualités et les potentiels, c’est leur permettre de porter sur eux-mêmes un regard bienveillant et apaisé.
Une fois cette singularité valorisée et assumée, c’est comme une autorisation à pouvoir exister enfin avec sa propre couleur…