Cinopsy’s 2018 : « Psychothérapie, croyances et spiritualité »

Comme chaque année depuis trois ans, la FF2P, Fédération Française de psychothérapie et psychanalyseorganise son festival de cinéma.

2018-visuel-titre

L’événement aura lieu à Bordeaux, les 12, 13 et 14 octobre 2018. Cette année, le thème « Psychothérapie, croyances et spiritualité » réunira de nombreux intervenants.

Boris Cyrulnik, invité d’honneur de cette édition, ainsi que les marraines, Laure Adler et Véronique Jeannot, viendront partager leurs réflexions et expériences autour de la dimension spirituelle.

Pour découvrir le programme et voir les modalités pratiques, vous pouvez vous rendre sur le site dédié : Cinopsys.

2018-visuel-prog-crop-u9951

 

Cerveau et psychothérapie

Article écrit par Joris Vanlerberghe pour Prévention Santé

cerveau-et-psychotherapie

« Prenons pour exemple la psychanalyse. La psychanalyse est une méthode d’investigation de l’esprit mise au point par Freud dans les années 1900 – 1940. L’absence d’outils permettant de visualiser le fonctionnement cérébral était alors un frein concernant les possibilités de compréhension du cerveau. Ceci n’a heureusement pas arrêté Freud, très désireux d’apprendre et de comprendre le fonctionnement psychique humain. Il propose alors des théories qui vont bouleverser la psychologie d’aujourd’hui, et notamment la psychologie clinique.

La psychanalyse, une psychothérapie

Adepte du divan, du retrait et du libre parler de l’inconscient, il fut l’un des premiers à mettre le patient en souffrance psychique au centre d’une nouvelle technique qu’il appellera alors la psychanalyse.

Moi, ça, surmoi, pulsion de mort, complexe d’œdipe, sexualité infantile, pulsions sexuelles… Tant de mots aujourd’hui acquis dans le vocabulaire des « psys ». Pourtant souvent décriée, la psychanalyse ne permettant pas d’être étudiée de façon scientifique, elle apparaît pour certain comme inutile, dangereuse, voir dogmatique. En réalité, nous savons aujourd’hui que la psychanalyse aide certaines personnes à aller mieux. Jusqu’aux années 2000, nous ne savions pas réellement comment la psychothérapie pouvait aider un patient à aller mieux.

C’est à l’aide d’une conférence d’un grand psychanalyste, neuropsychiatre, éthologue que  je vais appuyer mon article : Le Dr. Boris Cyrulnik.

Le cerveau dans la douleur

Lorsqu’une personne se retrouve en situation d’isolement sensorielle (décès d’un proche, malheureux, dépressif, etc.) on peut voir que les fibres préfrontales ne sont plus stimulées. L’arborisation préfrontale s’arrête donnant l’impression qu’il y a une atrophie, qui, en fait, n’en est pas vraiment une. Effectivement, la réorganisation du milieu (sensoriel) permet aux fibres préfrontales de se redresser et donc cette « fausse-atrophie» disparaît.

Une des choses les plus importantes à comprendre ici, c’est que la forme du cerveau dépend de la structure du contexte. C’est là que la psychothérapie prend forme. En d’autres termes, le fonctionnement du cerveau dépend de l’environnement. Par exemple, une personne parfaitement saine perd son conjoint, alors les fibres préfrontales s’affaisseront.

Le cerveau et la psychothérapie

On va aller plus loin dans l’explication neuro-scientifique et comprendre les conséquences de fibres préfrontales « atrophiées ». Je vais parler un instant de l’amygdale. L’amygdale est le socle neurologique des émotions. Elle fait partie du système limbique qui est impliqué dans la reconnaissance et l’évaluation de la valence émotionnelle des stimuli sensoriels, dans l’apprentissage associatif et dans les réponses comportementales et végétatives associées en particulier dans la peur et l’anxiété.

C’est-à-dire que les fibres préfrontales saines vont venir inhiber en quelque sorte les informations sensibles. Non pas dans le sens de donner moins d’informations, mais plutôt amortir leur valence émotionnelle. Le problème serait plutôt pour une personne chez qui ces fibres préfrontales seraient en quelque sorte « atrophiées ».

En effet, vous l’aurez compris, elles ne pourront plus « amortir » le choc émotionnel et donc la moindre information devient pour l’amygdale une alerte intense. Ce qui veut dire que pour une personne ayant ce type de cerveau, le moindre événement est un trauma.

Alors que pour une personne ayant les fibres préfrontales saines, la même information sera par exemple une invitation au jeu, à l’exploration. Ce qui va détruire l’un, va être une information futile pour l’autre.

L’expérience de Mario de Beauregard :

Participant à l’expérience : 30 – 50 personnes / Formation de 3 groupes

1 – Dépression profonde avec psychothérapie, avec IRM 2 – Dépression profonde sans psychothérapie, avec IRM 3 – Parfaite santé, avec IRM.

Groupe 1 : Dépression profonde : IRM + psychothérapie et au bout de quelques mois : Contrôle avec IRM

Le travail de psychothérapie était le suivant : remémoration, imagination, représentation. Résultats : on voit qu’après 3 mois leur cerveau ne fonctionne plus de la même manière. Il y a la partie dorsale du lobe frontal s’est regonflé et consomme de l’énergie.

La partie antérieure de l’Aire Singulaire Antérieure se remet à fonctionner alors que lorsqu’il était déprimé la partie frontale était éteinte et c’était la partie postérieure de l’Aire Singulaire qui consommait de l’énergie. Ce qui veut dire que le cerveau a pris l’habitude de fonctionner différemment sous le simple effet de la psychothérapie.

C’est-à-dire que le milieu agit sur notre fonctionnement cérébrale, mais qu’à l’inverse, on peut agir sur le milieu pour qu’il agisse de manière différente sur notre fonctionnement cérébral ainsi, on ne voit plus le monde de la même manière.

Groupe 2 : Dépression profonde, mais refus de la psychothérapie, contrôle quelques mois plus tard

Le fonctionnement du cerveau n’a pas changé.

Groupe 3 : Parfaite santé : contrôle en même temps que les deux autres groupes, puis quelques mois plus tard, le fonctionnement du cerveau n’a pas changé.

Mario de Beauregard, auteur de cette expérience, a fait plusieurs cohortes, et quelle que soit la méthode psychothérapique les résultats sont les mêmes : qu’il s’agisse de la psychanalyse, de thérapie comportementale, etc. L’intérêt de la psychothérapie, c’est de faire l’effort de remémoration, de parole, d’anticipation, d’imagination.

Lorsque l’on raconte sa vie à un psychologue, on fait un effort d’imagination, d’anticipation, de traitement des images, de parole, de réflexion. C’est cet ensemble d’actions qui va venir structurer le cerveau, le modifier. »

Références :

Plus d’informations sur la neuroplasticité et la dépression : http://www.neuroplasticite.com/mecanismes-neuroplasticite/depression/

Plus d’informations sur la neuro-imagerie : http://www.soutien-psy-en-ligne.fr/blog/neurosciences-therapie/

La conférence de Boris Cyrulnik : Cerveau et psychothérapie

Transmission des traumas

La transmission intergénérationnelle du trauma

Boris_Cyrulnik_-_2011-11-01_-_cropped

Boris Cyrulnik, neuropsychiatre et auteur de nombreux ouvrages, a notamment fait connaître le concept de *résilience.

Pour en savoir plus sur l’homme et son parcours, c’est ici !

S’engager sur un chemin de thérapie, c’est rencontrer notre histoire personnelle, cette histoire qui nous construit, et qui pourtant, parfois, ne nous appartient pas intégralement. C’est un travail d’éclaircissement et de sens, de mise en conscience, grâce auquel nous apprenons à questionner notre récit de vie, à l’apprivoiser. Nous prenons enfin le temps d’entendre ce qu’il a à nous dire sur nous-mêmes, mais aussi sur les générations précédentes, sur toute la lignée familiale.

Les traumas inscrits dans le corps et leurs schémas émotionnels, le manque, l’absence, les douleurs non exprimées, la terreur, les loyautés, les fantômes, les secrets, l’inavouable… tant de choses qui circulent en nous et vont venir colorer notre manière d’être au monde.

Ce n’est qu’au prix de cette mise en lumière délicate et attentive, rencontre courageuse avec nos abîmes et celles de nos aïeux, que nous pouvons retrouver une liberté véritable.

En pansant nos blessures, en pensant notre histoire, nous évitons également, et surtout, de transmettre à nos enfants des événements traumatiques non réglés qui alourdiraient leurs valises avant même qu’ils aient eu le temps de vivre leurs propres expériences…


Cette passionnante communication de Boris Cyrulnik est à écouter et/ou réécouter avec attention pour prendre la mesure de tous les conditionnements dont nous sommes porteurs et qui agissent en nous.

Vidéo à visionner ici : La transmission intergénérationnelle des traumas.

A lire également les ouvrages d’Anne Ancelin Schützenberger, « Aïe, mes aïeux ! », « La psychogénéalogie. Guérir les blessures familiales et se retrouver soi », « Ces enfants malades de leurs parents ».


*Résilience« Capacité à réussir à vivre et à se développer positivement, de manière socialement acceptable, en dépit du stress ou d’une adversité qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative. »

« Comme dans tout développement, on pourra parler de résilience que longtemps après, lorsque l’adulte enfin réparé avouera le fracas de son enfance. La résilience constitue donc un processus naturel qui se tricote avec ses milieux écologiques, affectifs et verbaux. Chacun d’eux sont tributaires les uns des autres. »

« La résilience : un tricot qui noue une laine développementale avec une laine affective et sociale. »

« La métaphore du tricot de la résilience permet de donner une image du processus de la reconstruction de soi. Mais il faut être clair : il n’y a pas de réversibilité possible après un trauma, il y a une contrainte de la métamorphose. Une blessure précoce ou un grave choc émotionnel laissent une trace cérébrale et affective qui demeure enfouie sous la reprise du développement. Le tricot sera porteur d’une lacune ou d’un maillage particulier qui dévie la suite du maillot. Il peut redevenir beau et chaud, mais il sera différent. Le trouble est réparable, parfois même avantageusement, mais il n’est pas réversible. »

Citations extraites des ouvrages « Un merveilleux malheur » et « Les vilains petits canards ».

 

 

 

8e Congrès international du World Council for Psychotherapy

Du 24 au 28 juillet 2017 aura lieu le 8e Congrès international de psychothérapie, à la maison de l’Unesco, à Paris.

« Ce congrès mondial du World Council for Psychotherapy s’inscrit dans le cadre de ce siècle de mondialisation qui interpelle les pratiques psychothérapeutiques, leurs fondements théoriques et où la rencontre des psychothérapies avec les représentations anthropologiques, épistémologiques, éthiques et culturelles est en marche. (…)

f24

L’enjeu se déclinera autour de plusieurs axes paradigmatiques :

–  La vie doit rester plus forte que la violence destructrice

–  L’amour est toujours le socle de notre humanité et du lien interpersonnel, familial et social.

–  La lutte contre la détresse psychique et des maladies psychiatriques est un devoir humain et éthique

– La rencontre exceptionnelle de très nombreux spécialistes de la psychothérapie venus des cinq continents est une nécessité humaniste pour aborder toutes les formes de psychothérapies, de tous les courants pour échanger, partager leurs expériences, leurs idées.

La psychothérapie est reconnue comme un moyen inéluctable et efficace pour traiter les troubles psychiques, alléger les souffrances des patients, mais elle est aussi un déterminant important pour l’évolution de l’être humain et de sa pensée.

La psychothérapie est source de lien social en libérant chacun de la peur de l’autre et aussi de la peur de lui-même.

Affirmer notre liberté, notre identité, nos valeurs et le professionnalisme du métier est aussi un acte citoyen et politique fort dans le contexte mondial actuel. »

Parmi les intervenants, Boris CYRULNIK, Marie DE HENNEZEL, Thierry JANSSEN… ainsi que d’autres intervenants prestigieux, dont l’intervention vidéo du Dr Irvin YALOM.

Précisions sur le site consacré : 8e Congrès international de psychothérapie.