Funambule

D’équilibres en déséquilibres, marcher…
Parce que la Vie nous bouscule et nous pousse en avant, parce que la Vie respire en nous. Sans effort, sans que nous décidions de respirer.

D’elle-même, la Vie se vit à travers nous.

C’est par le déséquilibre que le centre se trouve, équilibre du point calme, immuable…
Et par ce même déséquilibre, on peut marcher enfin, même sur un fil.

Être funambule.

Funambule

« J’ai appris un jour que pour faire un pas, l’être humain met en déséquilibre nombre de muscles et rétablit l’équilibre en posant le pied par terre. A chaque fois. C’est au prix de la chute possible. Bien sûr. Mais c’est ainsi qu’un être humain marche. Alors je marche. »

Jeanne Benameur, « Comme on respire »